LE COIN D'ANNICK BOULEAU : FILMOGRAPHIE

observer, deviner, pratiquer

GENÈSE
au cours des séances
depuis le début


STYLE
à table

carnets de bord
> carnets d'annick


REPÈRES
à lire
constellation

entre nous
> jean oury

> p. j. laffitte/o. apprill


TERRAINS

TECHNÈ

PLUMES

DANS L'INSTANT

CONFIDENCES

LE COIN DES AMIS

LE COIN D'ANNICK B.
filmographie

CONTACT

RETOUR ACCUEIL


LES WIKI D'OLC
le livre impossible

<<<<<<< •• >>>>>>>
<—                           —>

entre les deux, mon corps balance.

16mm, coul., 75', 1986.
Conception, réalisation, montage : Annick Bouleau
Image : William Lubtchansky
Son : Jean-Claude Laureux
Production : INA-Ansedonia-Tangram films, avec la participation du Ministère de la culture, du CNRS et de AATON.


Pour faire un lien vers ce film :
http://ouvrirlecinema.org/pages/mon-coin/ab/filmo/eld.html



Extrait 1 : il '51' [12'] Clic sur l'image

Extrait 2 : Marylin [12'] Clic sur l'image

Extrait 3 : Pietralata [2'30] Clic sur l'image


Extrait 4 : via Aurelia nuova [1'26] Clic sur l'image


Extrait 5 : Centro città 1 [1'54] Clic sur l'image


Extrait 6 : Centro città 2 [1'23] Clic sur l'image


Extrait 7 : il cornetto [1'37] Clic sur l'image


Extrait 8 : E.U.R. [10'59] Clic sur l'image


Extrait 9 : piazza Meucci [3'20] Clic sur l'image


Extrait 10 : stazione Roma nord [1'56] Clic sur l'image


Extrait 11 : quartiere di San Saba [2'11] Clic sur l'image

Cinématographie d'un secret.



Ce film fait corps avec L'instant fatal (titre provisoire initial : Premiers regards) qui avait pour but, entre autre, de trouver les personnages dits "secondaires" du film. Pas si secondaires que cela puisque je me proposais de nourrir le film de ce que j'allais découvrir par leur entremise (lieux, personnes, événements).

Je reproduis ici la première partie du premier document qui connaîtra de multiples work in progress.
C'est ce document que j'ai mis entre les mains de Danièle Huillet et de Jean-Marie Straub, d'Alberto Moravia, de Laura Betti,
que j'ai glissé (par une pluie battante) sous la porte de l'immeuble (le portiere s'était absenté !) de Michelangelo Antonioni, après lui avoir téléphoné (le découpage — il n'y a jamais eu de scénario — prévoyait une séquence avec lui…).
À Rome, dans les années 80, tout était encore possible (« Non ti preoccupare », m'avait dit Laura Betti). On pouvait joindre tout le monde… Una vitalita disperata…


« Se non mi muovo non succederà mai niente » (Otto e mezzo)

 ... Elle... La Ville... Les Autres,
qui embrouillent tout,
et pourtant les lignes sont claires, ou plutôt leurs couleurs.


Une Ville qu'on ne connaît pas, ou pas bien, ça respire toujours le drame. Les bruits sont trop forts, la poussière trop dense. La tête tourne, tout tourne. On est hors-jeu.

Quitter un jeu — pour en retrouver un autre.

Les lignes de forces des rencontres.

Les mille vies qui étaient possibles par cette rencontre manquée ou repoussée.

La vie qui avance, par soubresauts — par ces choix ou ces renoncements — ces coups de poker.


Le cinéma pour s'en sortir.



Station
n.f. (fin XIIe ; lat. statio)

1. Arrêt
Fait de s'arrêter au cours d'un déplacement,
Arrêt apparent d'une planète qui passe du mouvement direct au mouvement rétrograde.

2. Lieu d'arrêt
Autel devant lequel on s'arrête pour prier au cours d'une procession,
Endroit où l'on se place pour effectuer des observations, espace quelconque, généralement restreint, présentant un ensemble de conditions d'existence.

3. Le fait de se tenir (de telle façon) et spécialement de se tenir debout, droit.

(Extrait du Petit Robert)



Un film composé de stations dont le nombre sera risqué au filmage et fixé au montage.

Filmer des inconnus, avec la Paluche. Simplement les filmer — je n'ai encore rien à leur dire, à leur demander.

La stupeur.

Ce mouvement à corps perdu vers les autres.

Des inconnus qui vont jouer le jeu ou pas.
Je n'ai pas peur, j'ai le cinéma avec moi.

Ces corps, — ces vies, dont je n'avais pas idée et qui surgissent du néant.

Je pose l'ancre à Rome

Je trouve les personnages de mon film.



Le cinéma : cet entre-deux entre les autres et moi.

Mon premier film : des corps au travail : je prends conscience du corps des autres.

Une main de femme dans un fichier.
Des jambes d'homme qui montent un escalier.

Mon deuxième film : le corps limite : l'intimité de la toilette que je vais partager avec des gens que je ne connaissais pas.

Le troisième film : je ne peux pas aller plus près : donc, il faut s'éloigner pour aller plus loin que ce plus près.

Elle.

Sa ligne de force au milieu des autres lignes de force qui embrouillent tout.

Les Autres.

Le plongeon dans la Ville — avec la Paluche — la rencontre du premier regard — la rencontre qui prend consistance ou qui s'évanouit.

Naissance d'un avant-film qui pourrait s'appeler « premiers regards ».

Elle.

On ne sait pas pourquoi elle est venue à Rome.

On lui a demandé ou bien c'est elle qui a demandé.

Il y a quelque chose ou quelqu'un à sauver, oui mais de quel côté ?

Elle, sera le relais du film.

Les inconnus paluchés seront aussi des relais pour Elle : lui faire approcher celui qu'elle veut rencontrer.

Le choc de ces différentes rencontres, — je ne peux pas dire exactement ce qui va se passer, puisque je ne connais qu'Elle.


La Ville.

La Ville s'en fout des histoires d'Elle.

Parfois on ne verra plus que la Ville.

Elle, toujours dans la Ville, mais où ?


Elle.

Je la connais parce que je l'ai filmée.

Elle passe son bac cette année.

Entre Adjani et Falconetti.

Elle est comme un chat :
un espace qu'elle occupe n'est plus jamais le même.

Elle a l'intuition de ce qu'il faut faire face au jeu du cinéma.


Les Autres.

Il y aura forcément un lien entre Elle et les Autres, même si on ne la voit pas avec tous.

Quelquefois, le lien sera plus ou moins visible : une musique, un lieu, un geste.

Parfois, il deviendra même invisible : quand les Autres se confondront avec la Ville.


Les dialogues

Ils ne feront pas avancer l'histoire.


Ils seront inscrits dans chaque station :

> au présent, en relations avec les actes « commis »
> au passé, si quelqu'un veut raconter une histoire à l'intérieur d'une station (cf. Masculin, Féminin : la « purée » de J.P. Léaud)


Moi

Entre Elle et les Autres.

De toute façon, ce qui m'intéresse, c'est toujours les corps filmés et leurs actes, leurs gestes — les vies des autres — chez eux — dehors — au travail — le jour — la nuit.

Je ne cherche pas à savoir, je veux montrer.

Avec moi,
deux cassettes :

Jane Birkin, Baby Lou,
Mozart, L'Enlèvement au sérail, enregistrement Krips.

Des situations qui seront (ou feront) partie de(s) stations.


Dans le futur, je mettrais en ligne la description des Stations ainsi que photos de répérages, tournage, photogrammes…

(15 octobre 2012)

 

 

Ouvrir le cinéma

   
s